Cité du Vatican

La Cité du Vatican, le plus petit pays au monde

La Cité du Vatican et la Pape

La Cité du Vatican
La Cité du Vatican

L’État de la Cité du Vatican, en Italie, Europe, est le plus petit État au monde et le moins peuplé aussi. C’est également la capitale de l’Église Catholique et le lieu de résidence du Pape. C’est dans les frontières de ce petit pays que l’on trouve d’impressionnantes collections d’art et d’histoire. Sa superficie (de 0,439 km2) est si petite qu’il est facile de parcourir entièrement le pays à pied en seulement 40 minutes.

Découvrez dans ce livre magnifique tous les chefs-d’œuvre de la Cité du Vatican : des centaines de peintures, sculptures, artefacts, objets d’art et plus encore.

Sistine Chapel

Comment explique t-on la naissance de ce minuscule pays ?

L’ultra-courte réponse à cette question ? Mussolini ! La longue ? bien trop compliquée !  Alors en voici une version simplifiée :

Il y a bien longtemps, les Papes dirigeaient un pays appelé les États pontificaux ; ces derniers couvraient une grande partie de l‘Italie que nous connaissons aujourd’hui. C’est pendant ce règne de plus de 1000 ans que les Papes construisirent la fameuse Basilique Saint-Pierre – la plus grande église du monde. Ils firent bâtir un mur autour du pied de la colline (connue sous le nom de Vatican) sur laquelle se dressait Saint-Pierre.

Mais le Royaume d’Italie voisin était persuadé que Rome ferait une capitale extraordinaire pour leur pays et c’est pourquoi l’Italie conquit les États Pontificaux.

Voyant sa nation détruite, le Pape décida alors de se cacher derrière les murs du Vatican, refusant catégoriquement de reconnaitre l’existence du Royaume d’Italie tout en se plaignant d’être prisonnier de ce même Royaume – quelle ironie, puisque d’après lui, ce royaume n’existait même pas !

Du coup, plutôt que de se débarrasser du Pape et d’ainsi risquer une guerre civile religieuse, le Royaume d’Italie se dit qu’il valait mieux patienter gentiment, persuadé qu’avec le temps, le Pape finirait bien par abandonner sa position ; mais qu’est la religion sinon obstination ?

La preuve ! Malgré la succession de cinq Papes et près de 60 ans plus tard (Pie IX, Léon XIII, Pie X, Benoît XV et Pie XI, de 1870 à 1929), il n’y eut aucun changement !

Ce fut le cas du moins, jusqu’à l’intervention de Benito Mussolini ! Ce dernier, Premier Ministre Italien de l’époque, fatigué d’entendre le Pape se plaindre auprès des Catholiques du Royaume de son emprisonnement (bien que volontaire !) se dit qu’il arriverait sûrement à marquer quelques points (politiques, bien entendu !) s’il parvenait à conclure un accord avec le Pape tel que celui-ci :

  • L’Italie cèderait le territoire du Vatican au Pape, avec en guise d’excuse, une belle somme d’argent !

Et en échange :

  • Le Pape devrait enfin reconnaitre l’existence de l’Italie et promettre de rester neutre en matière de guerre et de politique (le Royaume de l’Italie croisait les doigts pour que cela s’avère être en leur faveur !)

L’accord fut accepté et signé, et c’est ainsi que naquit un nouveau pays : l’État de la Cité du Vatican

L'escalier spirale 'Bramante'
L’escalier spirale ‘Bramante’

Réservez vos billets d’entrée coupe-file au Vatican et à la Chapelle Sixtine.

Aujourd’hui, la petite Nation sur la colline possède tout ce que l’on peut attendre d’un véritable pays :

L’État de la Cité du Vatican possèdeun gouvernement qui proclame ses propres lois appliquées par sa propre police qui met les personnes qui les enfreignent dans sa propre prison ! Mais pas seulement, puisque la Cité du Vatican possède également sa propre banque, imprime ses propres billets et timbres, possède ses propres plaques d’immatriculation (bien que seuls ses citoyens puissent conduire sur son territoire). Et comme toute nation qui se respecte, elle possède même son propre domaine : VA !!

Malgré tous ces attraits nationaux, la Cité du Vatican ne ressemble à aucun autre pays.

Le documentaire suivant vous en dira plus sur l’histoire de la Cité du Vatican :

Comprendre le Vatican

Pour mieux comprendre le Vatican, il faut d’abord en savoir plus sur deux choses et deux personnes en particulier : 

  • Le (fameux) Pape
  • Le Saint-Siège (incroyablement déroutant)
  • Le pays de la Cité du Vatican
  • Et le Roi de la Cité du Vatican (totalement inconnu !).

Tout d’abord, le Pape : depuis son trône, il agit comme Évêque pour tous les Catholiques de Rome.

En fait, tous les Évêques de l’Église Catholique ont leur propre trône, mais comme l’Évêque de Rome est également le Pape, son trône est spécial et porte son propre nom : le « Saint-Siège ».

Chaque fois qu’un Pape meurt ou se retire, il y a une sorte de Game of Thrones pour voir lequel des Évêques occupera le « Saint-Siège ».

Alors que les Papes se succèdent, le Saint-Siège lui est éternel.

Ainsi, ce que l’on appelle le « Saint-Siège » fait référence non seulement au trône mais également à toutes les règles qui font de l’Église Catholique, ce qu’elle est !

Lorsque Mussolini a élaboré l’accord, il a techniquement cédé le territoire de la “Cité du Vatican” au “Saint-Siège”, qui – croyez-le ou non – est une personne morale (du moins, en Droit International) ! (En gros, chaque fois que vous entendez « Saint-Siège », pensez à Église Catholique Inc., dont le Pape est le PDG).

Le Roi de la Cité du Vatican, quant à lui, détient un pouvoir absolu non contrôlé à l’intérieur des frontières du pays et sa présence fait de la Cité du Vatican l’une des six monarchies absolues restantes au monde (incluant : Brunei, Oman, l’Arabie saoudite et le Qatar).

Le pouvoir absolu du Roi est la raison pour laquelle la Cité du Vatican ne peut adhérer à l’Union européenne car seules les démocraties sont autorisées.

Bien que la Cité du Vatican ait, à proprement parler, un pouvoir législatif composé de cardinaux nommés par le Pape, le Roi de la Cité du Vatican peut annuler leurs décisions à tout moment et pour quelque motif que ce soit.

Alors pourquoi n’a-t-on jamais entendu parler du Roi de la Cité du Vatican ?

Pour la simple et bonne raison que bien que le Roi et le Pape possèdent des rôles différents, ils sont en fait joués par la même personne, au même moment !

Alors pour résumer : le Pape est élu, le Roi est tout puissant (mais c’est la même personne) ! Résultat ? Cela fait de la Cité du Vatican la seule monarchie absolue au monde, élue et non héréditaire.

C’est ce double rôle qui fait qu’il est si difficile de comprendre pleinement le fonctionnement de la Cité du Vatican, puisque selon la situation, le Pape agit comme Roi de la “cité du Vatican”, ou comme Pape du “Saint-Siège”.

Ironiquement, le Saint-Siège (la corporation) est membre des Nations Unies, mais pas la “Cité du Vatican” (le pays lui-même).

C’est d’ailleurs le Saint-Siège qui délivre les passeports aux citoyens de la “Cité du Vatican” ; passeports qu’autorisent les autres pays, bien qu’ils soient délivrés par une entreprise et non par un pays.

Qu’en est-il des citoyens de la Cité du Vatican ?

En ce qui concerne les citoyens de la Cité du Vatican, ils sont sans doute la conséquence la plus étrange du double rôle joué par le Pape en tant que chef religieux et monarque !

Alors que tout autre pays accueille ses nouveaux citoyens (et mise sur le processus de reproduction humaine toujours populaire), la “Cité du Vatican” elle, procède différemment.

Personne ne naît citoyen de la Cité du Vatican (et ce n’est pas parce qu’il n’y a quasiment aucune gente féminine sur son territoire !) mais bien parce que le seul moyen de devenir citoyen est que le Roi de la Cité du Vatican le désigne comme tel.

Et le Roi ne désigne une personne comme citoyen que si elle travaille pour le Pape (qui est également le Roi) et parce que le Roi est tout-puissant, cette citoyenneté est à sa merci.

En d’autres termes, si cette personne quitte son emploi et ne travaille plus pour le Pape, le Roi (qui est aussi le Pape) annulera sa citoyenneté, vous suivez ?

Ces règles signifient que la Cité du Vatican n’a pas de population permanente, il n’y a qu’environ 500 citoyens à part entière – ce qui représente dans de nombreux pays, moins de personnes vivant dans un seul gratte-ciel – et tous ces citoyens travaillent pour le Saint-Siège, en tant que Cardinaux, diplomates, gardes du corps du Pape ou autres emplois liés au catholicisme.

Il est donc plus facile de considérer la Cité du Vatican comme une sorte de siège social souverain qui accorde la citoyenneté temporaire à ses dirigeants plutôt que comme une véritable cité-État.

En fin de compte, si le monde s’intéresse à la Cité du Vatican ce n’est pas pour les citoyens vivant sur ce petit territoire, mais plutôt pour son Église et ses milliards de membres qui eux, se trouvent en dehors de ses murs.

Réservez dès maintenant vos billets d’entrée pour une visite guidée unique et inoubliable du Vatican

Plus d’histoires sur le monde et ses merveilles