La Sagrada Familia

La Sagrada Familia en cinq anecdotes

La Sagrada Familia

Située en plein cœur de Barcelone, la Sagrada Familia est l’un des plus beaux édifices religieux au monde. Retour sur 130 années de chantier.

Antoni Gaudí, figure de Barcelone

Né en 1852 à Reus, au sud de Barcelone, Antoni Gaudí est un architecte catalan connu pour ses réalisations originales et asymétriques. Après ses études, le jeune homme se passionne pour les différentes techniques artisanales de l’époque. Ses connaissances en matière de verrerie, de charpente ou encore de ferronnerie lui permettent de développer de nouvelles méthodes de traitement des matériaux, à l’image du célèbre trencadis, un type de mosaïque à base d’éclats de céramique.

Gaudí, dont les réalisations ont marqué à jamais l’architecture de la ville de Barcelone, a passé les dernières années de sa vie dans une certaine forme de frugalité. Les habits de dandy de sa jeunesse ont effet laissé place à des vêtements vieux et usés. Un quotidien rythmé par de nombreuses prières et la construction de son chef d’œuvre, « la cathédrale des pauvres », plus connue sous le nom de Sagrada Familia.

1882, la genèse d’un projet fou

L’actuel emblème de la ville de Barcelone est né dans l’esprit de Joseph Maria Bocabella, un libraire et philanthrope espagnol tombé sous le charme des églises italiennes. Souhaitant reproduire ce type d’ouvrage à Barcelone, il fait d’abord appel à l’architecte Francisco Paula del Villar. La première pierre de cette église au style néogothique dédiée à la Sainte Famille est posée le 19 mars 1882, jour de la Saint Joseph.

Des désaccords se font vite sentir entre l’architecte et Joseph Maria Bocabella. Le premier souhaite en effet bâtir une réplique du sanctuaire de Lorette, la supposée demeure de Joseph et de Marie à Nazareth, ce que refuse le philanthrope. Après d’âpres débats, Francisco Paula del Villar est remercié. Pour le remplacer, un jeune architecte méconnu mais ambitieux est rapidement nommé. Antoni Gaudí est sur le point de commencer l’œuvre de sa vie.

Une construction interminable

Après avoir terminé la crypte en 1885, Gaudi s’attelle à la construction de la façade de la Nativité. Un choix stratégique, le jeune architecte ayant rapidement réalisé qu’il ne connaîtrait pas la fin du chantier de son vivant. Afin de s’assurer que le projet perdure malgré un manque éventuel de financement ou d’intérêt, Antoni Gaudí décide d’élever au maximum des parties significatives mais non fonctionnelles de l’édifice.

A sa mort en 1926, seules la façade de la Nativité, la tour Saint-Barnabé et une partie du côté extérieur du mur de l’abside sont ainsi achevées. En 1936, des anticléricaux catalans détruisent les plans, les ébauches et les maquettes laissés par l’architecte pour guider ses successeurs, retardant le chantier d’une dizaine d’années. Les nouveaux architectes doivent en effet se concerter afin de redessiner des plans tout en restant le plus fidèle possible à la vision de Gaudi.

Les décennies suivantes, plusieurs avancées significatives sont à noter, à l’image de la construction de la façade de la Passion, de nouvelles tours et la consolidation des fondations. La faiblesse des matériaux utilisés au début du siècle pour la crypte oblige toutefois les architectes à se concentrer sur le renforcement de cette partie de la cathédrale plutôt que sur la construction de nouvelles structures jusqu’en 2002. D’après des estimations basées sur les avancées techniques modernes et la croissance des dons, la fin des travaux est prévue pour 2026, cent ans après la mort de Gaudi. Si les délais sont respectés, la construction de la Sagrada Familia aura pris 144 ans, soit dix fois plus que pour la Grande Pyramide de Gizeh en Égypte.

Nature, religion et symbolisme

Le style de Gaudi, presque organique, a redéfini les codes de l’Art Nouveau. Tout comme le Parc Güell, la Sagrada Familia se compose de plusieurs éléments rappelant la nature. Les arcs de voûte bâtis pour soutenir la structure ressemblent ainsi à des arbres, faisant de la nef une magnifique forêt de colonnes. A cette symphonie de pierres ciselées, de couleur, de colimaçons et de vitraux s’ajoutent de nombreuses sculptures et autres pinacles représentant des animaux et des plantes issus de la Bible.

Gaudi, dont la vie était rythmée par les prières et ses rencontres avec son confesseur, prévoyait de construire 18 flèches afin de représenter Jésus Christ, la Vierge Marie, les quatre Évangélistes et les douze Apôtres. La taille de ces édifices varie en fonction de l’importance des figures religieuses sus-mentionnées, celle de Jésus Christ culminant à 170 mètres de haut. Un mètre de moins que le Montjuic, la plus haute colline de Barcelone, Gaudi estimant que ce qui était construit par l’homme ne devait pas dépasser l’œuvre de Dieu.

Pour le cardinal Gianfranco Ravasi, le vertige des visiteurs face à monumentalité de la structure donne une forme artistique aux mystères de la foi. Cette architecture en mouvement rappelle notamment l’ascension vers la transcendance à travers une impression physique, psychologique et spirituelle.

Nef de la Sagrada Familia

Quel avenir pour la Sagrada Familia ?

Aujourd’hui considérée comme le symbole de Barcelone, la Sagrada Familia attire près quatre millions et demi de visiteurs par an. La grande structure aux airs de termitière a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005, avant d’être consacrée Basilique par le pape Benoît XVI en 2010. Le « temple expiatoire de la Sainte Famille » devrait d’ailleurs devenir un siège épiscopal.

Petit fait amusant, la Sagrada Familia était un chantier illégal depuis 136 ans. Les promoteurs n’ont en effet réussi à obtenir un permis de construire qu’en octobre 2018. En échange d’un cachet versé à la mairie de Barcelone dans le cadre de cette licence, le groupement de la Sagrada Familia pourra moderniser les aménagements autour de l’édifice, à l’image des transports en commun, afin de faciliter la venue des touristes. L’objectif est maintenant de terminer les travaux avant 2026 pour le centenaire de la mort de Gaudi.

Après votre visite de la cathédrale, découvrez les autres merveilles de L’Espagne, à l’image du joyau de l’Andalousie, une ville à l’héritage chrétien et musulman.