Les Catacombes de Paris

LES SOMBRES SECRETS DES CATACOMBES DE PARIS

Les secrets que cachent les Catacombes de Paris

les couloirs des Catacombes

Il y a quelque chose d’indubitablement effrayant et de tabou dans un cimetière. Pour la plupart, c’est l’endroit le plus terrifiant qui existe sur la planète.

Mais, si seul votre petit cimetière de quartier suffit à vous donner la chair de poule, attendez d’en savoir plus sur ce lieu qui abrite des millions de restes de Parisiens et qui de surcroît, est situé directement sous la capitale française.

Bien que Paris soit connue pour son amour de la mode, du romantisme et de la culture, cette ville cache pourtant de sombres secrets sous ses rues. Les mystères des vastes Catacombes de Paris vous feront frémir.

 

Visite guidée des Catacombes

 

Les catacombes abritent les restes de près de six millions de Parisiens

 

Au 18ème siècle, la ville de Paris était en pleine croissance, et les cimetières commençaient à manquer d’espace. Les défunts ne pouvant être correctement enterrés provoquent des maladies qui se répandent rapidement. Les cimetières de la ville débordent de corps en décomposition. La décision de condamner ces lieux infestés est donc prise et les vestiges sont déplacés.

Pour résoudre ce problème, on se tourne vers les fosses souterraines de Paris. De 1780 à 1814, le transport  en charrette de plus de 6 millions de corps en provenance des cimetières de la ville se fait avec succès. Les défunts déposés là y trouvent enfin le repos éternel.

Visiter les Catacombes

Les Catacombes, un lieu bien plus vaste que ce que l’on imagine

 

Alors que les restes de six millions de personnes sont dispersés dans les tunnels, la plupart ont été déposés dans des chambres funéraires appelées ‘ossuaires’. Les visites touristiques y sont souvent organisées. Cependant, des kilomètres de tunnels supplémentaires serpentent les Catacombes. Ces derniers ont été construits par des mineurs parisiens avant de n’être pour certains, utilisés comme véritable cimetières.

On estime que sur les 320 kilomètres de tunnels, on n’en connait qu’une infime partie. Mais alors,  que se cache-t’il d’autre dans tous ces tunnels inexplorés?

lire plus sur les Catacombes

Un ‘oasis’ dans les profondeurs des Catacombes

Les eaux troubles des Catacombes

Apparemment, l’idée de se rendre à la piscine municipale n’enthousiasme pas tout le monde. En effet, pour ces derniers, ils échangeraient volontiers leurs piscines conventionnelles contre une aventure dans les profondeurs des Catacombes pour se rafraîchir dans ces ‘piscines secrètes’. Celles-ci sont bien entendu, non répertoriées, et mieux connues sous le nom de ‘piscines improvisées’ par leurs compagnons Cataphiles.

Si l’envie vous prend de vous baigner dans un tel ‘oasis’ situé au fin fond d’un gigantesque cimetière, alors patauger dans des eaux troubles aux odeurs répugnantes et vous faufiler dans des tunnels extrêmement étroits ne vous posera aucun problème. Encore faut-il que vous connaissiez LA bonne personne pour y accéder, autant vous dire que ce n’est pas gagné.

piscine secrete dans les Catacombes

Un lieu pour des opérations clandestines

 

En 2004, en plein exercice d’entraînement dans les Catacombes, la police tombe sur quelque chose de complètement inattendu.

En explorant une zone isolée du vaste réseau de tunnels, il découvrent une énorme salle dans laquelle se trouve un grand écran de cinéma auquel un équipement complet est raccordé, un bar et un restaurant complètement fonctionnels sont aménagés pour les petites faims. Des lignes téléphoniques et des connexions de câbles électriques ‘ultra pro’ sont branchés un peu partout. Plus terrifiant encore, à l’insu de ces policiers, quelqu’un caché à l’entrée de cette salle, les capture en photo.

À ce jour, on ne connaît toujours pas la personne à la tête de cette opération. Le seul indice étant une note laissée là, sur laquelle on pouvait lire: ‘n’essayez pas de nous retrouver’.

En somme, même si ce n’est pas l’endroit idéal pour y regarder un film, boire un verre ou dîner, ne serait-ce pas dommage de laisser passer une telle opportunité pour en profiter ?

Une ‘inondation’ de cadavres

 

‘Les Innocents’, le cimetière le plus ancien de la ville, était également le plus utilisé à Paris (avant que les Catacombes ne prennent la relève). Néanmoins, comme mentionné ci-dessus, le manque d’espace dans ce cimetière posait un problème majeur. Au 18e siècle, on y avait enterré tant de personnes que la forte odeur nauséabonde de corps en décomposition envahissait toute la ville.  Pour les habitants, ces odeurs devenaient insupportables.

Pour couronner le tout, de fortes pluies s’étaient abattues sur la région Parisienne et le cimetière se retrouva complètement inondé, provoquant des glissements de boues. Le résultat est catastrophique, on aperçoit flotter les dépouilles d’une multitude de corps qui n’avaient pu être correctement enterrés par manque d’espace. Au cours des années 1780, on décide d’exhumer les corps de tous les autres cimetières pour les enterrer en les regroupant tous dans un seul endroit: les Catacombes. Et le reste n’est qu’histoire.

Des communautés créées par des Cataphiles vivent dans les tunnels

 

On appelle ‘Cataphiles’ le groupe de personnes pour qui les Catacombes est un véritable culte et dont le passe-temps favori est d’en explorer les moindres recoins. Ils y dédient la majeure partie de leur temps, . Ils respectent extrêmement les morts ainsi que les profondeurs qui les abritent.

D’ailleurs, ils dédient la plupart de leur temps à répertorier les tunnels, à les dessiner pour en créer des plans. Grâce à leur recherche et à leur dévouement pour la communauté, ils ne se perdent plus dans l’immensité de la nécropole.

Toutes les informations récoltées par les Cataphiles pour pouvoir accéder aux Catacombes sont conservées au sein même de ce groupe. Les Cataphiles ont créé une communauté très unie et fermée qu’ils continuent de construire depuis des années. Ce sont aussi bien des artistes qui se retrouvent pour peindre des oeuvres sur les murs, ou encore des amoureux de la déco et qui ensemble, prennent plaisir à aménager et embellir certaines salles, ou encore des fêtards qui n’attendent que de se retrouver pour danser au son de la musique.

Du bon vin dans les Catacombes?

 

Penseriez-vous possible de trouver des bons vins là où la mort, les os et la moisissure règnent dans les profondeurs des Catacombes? Peut-être plus aujourd’hui, mais c’était le cas en 2017. Pour accéder à une cave à vins dans le sous sol d’un appartement parisien, une bande de voleurs s’est frayée un chemin en perçant à travers les murs des Catacombes. Leur butin, composé de 300 bouteilles de vin millésimés s’élevait à une valeur de 250.000 €.

Des pièces ‘décoratives’ à base de vieux os

le 'tonneau'

le ‘tonneau’

Lorsque pour la première fois dans les années 1780, les os des défunts furent transportés par charrettes à travers les tunnels, on les déposa d’abord  là où il y avait de la place et un prêtre venait y prononcer quelques paroles pour guider les morts vers un repos paisible et éternel. Ce n’est que plus tard que les ouvriers ont commencé à disposer les vieux os de façon à créer des ‘figures décoratives’, telles que des cœurs ou des cercles.  Même les murs ont été tapissés de crânes, d’os et de restes divers et non moins répugnants.

Une des ‘pièces créatives’  les plus emblématiques, est le ‘tonneau’. C’est un grand pilier en forme de baril recouvert de crânes et d’os de tibia. Celui-ci est monté de façon à soutenir le plafond de la salle (appelée: ‘Crypte de la Passion’ ou encore ‘Tibia Rotunda’) dans laquelle il se trouve.  Pas vraiment le genre de poutre-déco-morbide qu’on choisirait pour chez soi! Cela dit, si ca fonctionne pour soutenir le plafond de cette salle, c’est tout ce qui compte!

 

Les Catacombes, l’endroit rêvé des cultivateurs de champignons

 

Cette pratique est née au 19e siècle, plus précisément le jour où un certain parisien du nom de Monsieur de Chambéry décide de s’aventurer dans les tunnels des Catacombes. Dans une des salles souterraines, il aperçoit des jeunes pousses de champignons. C’est ainsi que lui vint l’idée de prendre possession de ces tunnels abandonnés pour y cultiver ses propres champignons ‘les champignons de Paris’. Il en faut peu pour que la pratique soit rapidement acceptée et adoptée par la Société Nationale d’Horticulture de France.

Autant vous dire que le mot s’est vite répandu dans le milieu des agriculteurs. Ces derniers, venus de toutes régions, affluent par vague en direction de la profonde nécropole, pour y entamer leur propre culture. La pratique de la culture de champignons dans les Catacombes prend rapidement de l’ampleur et devient prospère! Logique, non? Puisque toutes les meilleures conditions d’humidité et d’obscurité sont réunies dans cet endroit-là. Quant à la question d’engrais, reste à savoir si les vieux os des dépouilles dispersées un peu partout n’ont pas eu un rôle a jouer dans tout ca! D’ailleurs, si vous savez où regarder, vous tomberez sûrement sur l’un d’eux, cultivant ses champignons à coeur joie.

Les tunnels des Catacombes empruntés par les 2 rivaux durant la Seconde Guerre Mondiale

 

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’existence des Catacombes était de notoriété publique, sans compter ses centaines de km de tunnels clandestins qu’ils couvraient. L’utilisation de ces tunnels était donc tout à fait prévisible. Ce qui l’était moins, c’est qu’ils furent empruntés par les deux rivaux.

Pendant la guerre, les membres de la Résistance Française se servaient constamment des tunnels souterrains afin de pouvoir y planifier en toute tranquillité, des attaques contre les Allemands. C’est dans les Catacombes qu’ils réussirent à se cacher des espions ennemis et à échapper ainsi à leur éventuelle détection.

Pourtant le plus étonnant, c’est que les nazis eux-même avaient également pris possession de certaines parties des catacombes pour y construire de multiples bunkers, comme celui qui se trouve sous le lycée Montaigne, et dont il en demeure encore des traces.